Carême 2017

1er mars 2017

"Profiter des tentations pleinement"

Le mercredi de Cendres en priant sur ce que pouvait être mon message de Carême pour notre communauté paroissiale j’ai eu l’idée de vous faire part qu’il valait mieux se placer dans une vision globale de notre santé spirituelle que simplement vous donner une aspirine générique pour les maux de tète causés par une crise de foie.

En effet, le temps de Carême est un temps privilégié pour jouir pleinement de l’évangile. Non tant parce que nos efforts et nos chemins plus exigeants réussiront mais parce que nous aurons la chance d’être plus conscients des chemins complets de notre dynamisme intérieur. En eux l’âme rencontre et s’établit en son Dieu.

En Carême nous devenons plus conscients de nos échecs, plus conscients de la blessure appelée péché et aussi plus conscients des tentations comme mirages intelligents de l’âme. Du coup plus capables aussi de reconnaître Celui qui s’investit pour nous en vivant la tentation avec nous, uni à nous et nous faisant ainsi, profiter de ses victoires.

En comparant Eve et Jésus dans leurs tentations on apprend beaucoup de choses sur nous. Les tentations les plus profondes se trouvent au niveau de la fibre divine que nous avons tous même les plus athées. Elle nous constitue de même qu’elle constituait Eve et Adam. Toutes les sociétés sont traversées par ces dynamismes. Par eux, ou bien on rencontre Dieu ou bien ils se transforment en mirages intelligents dans lesquels nous essayons d’assouvir nos soifs divines par des voies insuffisantes qui nous font entrer dans le soupçon de Dieu. Voilà le noyau de la tentation d’Eve, d’Adam, de Jesus et les nôtres.

Jésus vit en permanence uni à nous. Par la Pâque nous sommes une seule et indivisible personne avec Lui. Il a voulu vivre nos tentations exactement de la même manière que nous ! Saint Augustin disait que les tentations de Jésus sont une source impressionnante de consolation parce qu’en les vivant comme nous les vivons, Il n’est pas là seulement exemple de victoire mais Il est en train de vaincre les mirages du diable en nous.

Chaque fois que nous désamorçons les mirages avec la Parole de Dieu comme Jésus et avec Jésus, toute l’énergie de Sa présence permet que la victoire se réalise.

Les tentations ne sont pas le lieu du pessimisme qui nous mène à l’impossibilité de vivre l’évangile, même si nous le désirons, mais elles sont le lieu d’une victoire déjà atteinte, qui en les vivant avec Jésus nous permettent de vivre la joie de la divinisation !

La tentation n’est pas de « vouloir être comme des dieux » mais de vouloir l’être par des chemins faux qui nous mènent à la frustration. Dieu n’est pas jaloux de sa divinité comme le diable voulait le faire croire à Adam et Eve. Au contraire, Il se met au service total de notre réussite. Dans la méfiance de Dieu Adam et Eve se sentaient nus, dépourvus. Ils ignoraient que Dieu était leur manteau. Avec Lui, les blessures, les faiblesses les tentations et les limites, non seulement ne sont pas une source de pessimisme, mais bien le lieu privilégié de l’accueil de Dieu. Saint Paul appelait cet accueil être revêtus du Christ. Profiter du baptême.

En résume si la gymnastique de Carême était prise au sérieux, elle serait alors une bonne route vers la santé intégrale ou le bonheur durable. Dans cette vision d’ensemble les « efforts » pourraient ’être une vraie thérapie pour la guérison de l’âme. Parole de Dieu, adoration, service fraternel, liturgie théologie et mission deviendraient non des aspirines calmantes mais une vraie respiration de l’espérance et une vraie dilatation du cœur.

Bonne gym vers Pâques,

P. Paco Esplugues