Janvier 2016

2 janvier 2016

" CHRONOS OU KAIROS : QUE CHOISIR ?"

Le déroulement du temps est une réalité que nous ne pouvons pas freiner et que nous vivons tous avec l’acceptation du fait qu’elle est irréversible ; nous ne pouvons pas l’arrêter.
Les secondes s’écoulent, les minutes, les heures, les jours et les années. Et nous, avec résignation, nous célébrons les anniversaires, les changements de saisons, d’époques, de lieux qui accompagnent nos vies. Il est pourtant très différent de vivre cet écoulement du temps avec la foi ou sans elle.

Le temps s’appelle chronos. Est-ce qu’il peut être mesuré par une montre, un chronomètre, un calendrier ou un agenda ? Les jours passent au compas du temps et ce que je peux faire c’est de remplir d’activités, de personnes, de motivations personnelles, ce que je fais dans cet intervalle de temps. A partir de la liberté qui me constitue je décide, je choisis, je fais des choix, je discerne de quelle manière je peux mieux investir ce cadeau que je reçois chaque jour. Mais comme s’il s’agissait d’une horloge de sable, je suis conscient qu’une des parties se vide pour remplir l’autre. La vie se remplit de passé et elle se vide constamment de présent. Nous souffrons du fait que chaque jour qui passe est un jour enfui, chaque fois il nous reste moins de temps pour pouvoir arriver aux objectifs que nous désirons atteindre.
Ce passage du temps reste gravé en notre corps par les signes de vieillissement, les rides, les cheveux blancs, l’usage indispensable des teintures, des alopécies, les douleurs qui apparaissent, le manque de flexibilité. Et de même que le corps souffre, l’écoulement du temps affecte notre psychologie aussi.
Plus insécurisés, moins hardis, davantage pleins de craintes, incapables de vivre avec paix et joie les contretemps, nous nous faisons conscients de l’écoulement du temps, lorsque nous répétons à nos enfants les mêmes choses que nous haïssions écouter de nos parents. Et avec un certain pessimisme nous avons un regard sur le temps comme les Grecs avec le mythe de Sisyphe.
Sisyphe a été obligé d’accomplir son châtiment qui consistait à pousser une pierre énorme vers le haut par une pente raide. Mais avant d’arriver au sommet de la colline la pierre roulait toujours vers le bas et Sisyphe devait recommencer à nouveau depuis le début, une fois et une autre. Cela est conté ainsi dans l’Odyssée. C’est l’image de celui qui s’efforce, qui donne toujours le meilleur de lui-même, mais qui se retrouve toujours comme au début. C’est juste l’opposé de l’espérance. C’est l’attitude résignée de celui qui ne s’efforce plus de changer quelque chose, ni dans sa propre vie, ni dans celle des autres, parce qu’il est convaincu que l’effort ne sert à rien.

A l’opposé de cette façon de vivre le temps il y a le Kairos  : le temps opportun, le temps de la grâce, l’année du salut. Sa signification littérale est « moment adéquat ou opportun ». Dans la tradition chrétienne on l’associe au temps de Dieu. C’est la façon croyante de regarder la réalité. Nos histoires, nos quotidiennetés ne sont pas des courses en solitaire dans lesquelles nous devons chercher les réussites seuls et où chacun se débrouille comme il pourra. L’histoire de chacun est une histoire accompagnée, elle est une histoire de salut. Le sens le plus profond du Jubilé est précisément cela : entrer consciemment dans le temps de Dieu. Briser les chaines pessimistes du chronos, pour laisser que le « plus de Dieu » le Kairos nous rejoigne, dans notre histoire.

« Le temps est accompli, le Royaume de Dieu est tout proche, Convertissez votre regard, croyez à l’évangile ». (Mc 1, 14-15). «  Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20). Le Kairos n’est pas ingénuité, il ne s’agit pas de vivre éloignés de la réalité. C’est clair qu’en tout moment nous sommes conscients que nous souffrons des évidences de notre monde brisé, violent ; un monde où les grandes transactions économiques sont dictées par le business de la drogue ou de l’armement, et encore pire de la traite de personnes. Bien sûr qu’il y a des divisions, des morts infâmes, des souffrances injustifiables, des maladies. Avoir la foi ne nous préserve pas, ne nous protège de la douleur, de la perte, des divorces, des échecs, de la peur. Mais la foi nous fait vivre toutes ces réalités accompagnées par Celui qui est passé par les situations les plus douloureuses de l’être humain : il les a assumées et il les a rachetées. Et nous disons que son regard nous a atteint parce qu’il nous a enseigné de passer par toute cette croix sans cesser d’aimer. Avec la conviction que la vie a jailli du milieu des morts. La lumière de son amour a brillé au milieu des obscurités de l’humanité (liturgie de Noël).

Cette nouvelle année 2016 est un Kairos. Dans la foi nous pouvons vivre convaincus que cette histoire, la nôtre, celle que nous faisons, si souffrante et si douloureuse, est traversée par des fleuves de la vraie espérance. Il est le temps de l’engagement, de mettre toutes nos qualités et tous nos talents au service du Royaume de Dieu, de sa paix, de sa justice. Il est le temps que, comme communauté croyante, nous enrichissons nos liens de communion pour être ensemble des semences du Royaume, au milieu de nos villes.

Une nouvelle année peut être le temps d’une espérance active. Il ne s’agit pas de croiser les bras et d’attendre avec patience que le Seigneur donne une solution à nos problèmes. Cela serait de la paresse galopante et de la magie. Une nouvelle année est un temps pour marcher, pour s’éveiller, pour visiter, pour se rencontrer. Il est un temps pour unir les efforts afin que dans beaucoup de visages jaillissent des raisons pour vivre et se donner. Pour qu’un « reste » transforme les conditions de l’ensemble. 

Bonne Année 2016 !


P. Paco Esplugues