Octobre 2018 : 360 ans après, saint Claude de la Colombière à Avignon

20 octobre 2018

Edito du Père Paco

360 ans après son entrée au noviciat des Jésuites à Avignon, Claude de la Colombière revient dans ce lieu. Ce saint représente deux axes forts et discrets pour le christianisme de notre XXIe siècle : le Sacré Coeur et le Discernement spirituel de St Ignace de Loyola.

Les coulisses de la vie des saints sont souvent des chemins où l’on peut mieux percevoir les interventions de Dieu dans l’histoire ! Focaliser le regard sur ces chemins du divin agissant dans la discrétion mais capable d’engendrer dans une vie des voies fécondes pour des générations, peut nous aider, nous chrétiens d’aujourd’hui, dans notre époque assez malade, à ne pas être emportés par le tourbillon extérieur et à accompagner l’Esprit victorieux du Christ dans son agir d’aujourd’hui.

Cela fait 360 ans, le 25 octobre, Claude de la Colombière prononçait ses vœux à la chapelle saint Louis qui était le noviciat des Jésuites (ou à l’église qui sert aujourd’hui de musée Lapidaire). Du 5 au 11 novembre, ses reliques viendront revisiter ces lieux.

Ce saint, canonisé par Jean Paul II, était le directeur spirituel de sainte Marguerite Marie Alacoque, la sainte de Paray le Monial qui a reçu les révélations du Cœur de Jésus. L’importance de la sainteté de son directeur spirituel est immense puisque cette Soeur n’a pas été comprise, ni pas toujours bien accompagnée dans sa vie religieuse.

Les chemins de Dieu ne sont pas toujours compris par les hommes d’Eglise. La sagesse toute jésuite de Claude et son habitude du discernement selon saint Ignace a permis de bien discerner l’action de Dieu. Avec lui, Marguerite Marie a pu avancer avec assurance sur le chemin de la sainteté ! Jésus lui disait que pour le rayonnement de son amour pour le monde, Il comptait sur elle et Claude. 

L’actualité de cet apprentissage du discernement est indéniable. Le pape François le répète en permanence (ex. Synode des jeunes). Notre église a besoin plus que jamais du discernement des chemins de Dieu dans une époque où ses colonnes semblent ébranlées. À l’occasion de la venue des reliques de Claude, une soirée visant à faire mieux connaître les chemins du discernement spirituel aura lieu. (cf voir programme dans le site du diocèse).

La spiritualité du Sacré Cœur de Jésus est aussi d’une grande actualité. Ce sont les flots de l’amour de Dieu qui se penchent sur nous dans le cœur humain-divin du Rédempteur. Cet amour est si grand que lorsque nous sommes un tant soit peu touchés par ce fleuve, notre vie est transformée. L’unité qui vient de l’accomplissement de la vocation de chacun se réalise. La mission trouve un souffle nouveau malgré les obstacles. La pureté de cœur fait disparaître la corruption. Et, enfin, la soif du Christ attire nos âmes vers la passion pour transmettre l’Évangile.

Claude et Marguerite ensemble, sont les deux grands témoins de l’accueil de l’amour infini du cœur de Jésus pour le monde ! L’heure de présence régulière au Cœur de Jésus est une voie merveilleuse pour apprendre à ressourcer nos cœurs et à trouver la joie de l’offrande silencieuse et féconde (cf. Enseignement sur la garde d’honneur).

Que cette semaine de la présence des reliques de ce saint, un peu avignonnais, nous aide à approfondir ces deux axes si importants pour notre Église aujourd’hui.

P. Paco Esplugues