EDITO : « Ce que l’Esprit dit à l’Eglise pour nos temps mouvementés... »

8 mai 2019

Ce que l’Esprit dit à l’Eglise pour nos temps mouvementés : ..."Suivez les pas du Ressuscité" !

La puissance d’Amour du Ressuscité traverse nos vies de manière admirable et se manifeste plus profondément quand la foi est à l’œuvre, quand nos vies se transfigurent en devenant consciemment une seule et indivisible personne avec le Christ
Rétrospectivement, nous comprenons mieux le présent de notre paroisse saint Agricol et nous percevons comment l’Esprit du Ressuscité fut à l’œuvre et nous a donné les clés d’un avenir selon les chemins que Dieu suscite pour toute l’Eglise Les confluences nous semblent bien plus fécondes que ce que nous pouvions imaginer au départ…

Un peu d’histoire
Tout a commencé par un pôle missionnaire. Fruit de retraites en silence avec la Parole de Dieu et de la formation théologique de l’École de la Mission Saint Paul, ce pôle s’est constitué comme un groupe de chrétiens (très différents les uns des autres)) en mission : missions au festival, missions de rue en Avignon, à Pertuis et à Cadenet. En remontant la Durance, et surtout en soulevant la chape de plomb d’une laïcité très souvent hostile à l’annonce de la foi. C’était le début d’un chemin dont le centre était l’appel du concile pour que tous les baptisés développent la dimension missionnaire du baptême (Lumen Gentium 21).
Cette fraternité missionnaire est devenue la paroisse Saint Agricol, au cœur de l’Eglise d’Avignon. L’esprit missionnaire s’est étendu pour former une communauté chrétienne dont le centre était le Pole missionnaire et dans laquelle tous les services de la vie de l’Eglise se développaient avec cet esprit d’apostolat de tout le peuple de Dieu : Adoration, Groupes de prière, Echange de la Parole de Dieu, Cellule d’écoute, Catéchisme, Préparation aux sacrements (baptême d’enfants et d’adultes, confirmation, mariage, funérailles ) École de prédication, Groupe de jeunes qui évangélisent d’autres jeunes Journey, Pèlerinages, Liturgie, Évangélisation par l’art, Parcours de formation à la doctrine sociale de l’église,. Accueil des immigrés, Ecole de la Mission St Paul etc. 
L’Esprit nous a amené progressivement à une prise de conscience de l’importance de vivre le christianisme comme une minorité créative .selon l’intuition de Benoit XVI. Ce pape insistait sur l’importance de cette perspective qui constitue la façon d’agir de Dieu dans l’histoire.
Les éditos mensuels portent la trace que cet éclairage a façonné les dernières années. Dieu ne se laisse pas prendre dans les filets du marketing (émotivisme) qui, malheureusement, a fait succomber beaucoup d’évangélisateurs, séduits par le démon, entraînant des conséquences désastreuses. Seule une vie chrétienne fondée sur la prière en silence, (afin que la Parole de Dieu devienne un vrai échange libre cœur à cœur avec le Christ), est le moteur capable d’éveiller des hommes et des femmes libres à l’ écoute de leurs vocations profondes à l’intérieur de l’Unique mission.

Minorités fécondées par l’Esprit en toute la vie
La formation théologique (raisons de la foi), demeure un axe fondamental, qui s’est manifesté de plus en plus urgemment pour fonder une minorité dans laquelle la morale chrétienne est accueillie et vécue dans son importance radicale. La minorité ne devient créatrice que quand la relation au Ressuscité déploie une vie belle qui lutte consciemment contre le péché et qui fait l’expérience de la joie de la sainteté. Le fil conducteur des derniers temps a été très marqué par ces accents dans toutes les diaconies (services)
Rétrospectivement, il est impressionnant de voir comment le Seigneur nous a conduits sur des chemins très proches de ce que les derniers souverains pontifes demandent de vivre à l’église universelle. Les exercices spirituels de Saint Ignace dans la vie ont habitué tout le pôle paroissial (devenu conseil pastoral), et beaucoup d’autres, à approfondir une vie accordée à Jésus dans tous ses aspects. Ces exercices ont aidé à éviter la schizophrénie trop répandue entre vie et foi, ainsi qu’à discerner les appels profonds et divers de l’Esprit Saint pour le service (diaconie) du Corps du Christ, l’Eglise.
Autour de cette matrice du pôle beaucoup d’autres personnes se sont senties appelées à participer à différentes diaconies paroissiales. Aujourd’hui une centaine de personnes vivent la mission activement en chacune d’elles.

Vie dans le Christ partagée pour bien transmettre
Le dernier appel, fruit d’une lecture attentive des demandes de Dieu face aux abus sexuels dans l’église, a été celui d’apprendre à configurer notre vie chrétienne dans la pratique d’une école de sainteté partagée. (L’appel de Gaudium et Exultate du pape François, et le programme diocésain « Faites des saints » confirment cette orientation). La vie chrétienne dans un monde qui ne l’est plus, ne peut pas se transmettre s’il n’y a pas des frères et sœurs habitués à vivre et à partager les dons de Dieu.
L’intuition des « foyers de lumière » sont le dernier signe que le Seigneur nous a donné. Faire tout pour que le Seigneur Ressuscité puisse continuer son œuvre grâce à une transmission intégrale qui de surcroît, selon saint Jean, donne la joie complète (1Jn1,4).
L’assemblée des diaconies de ce dimanche est justement un moment important pour nous aider à vivre cette dimension communautaire de la mission dans laquelle nous sommes déjà impliqués chacun selon nos possibilités. Elle a vocation à nous permettre de développer une minorité créative qui permette à l’Esprit du Ressuscité de faire dans nos vies ce qu’il a fait avec la première communauté chrétienne : « un seul cœur, une seule âme ». Ne serait-ce pas possible encore aujourd’hui de suivre le vrai chemin qui donne un avenir à la foi ?
Que Marie la Mère de l’Eglise naissante nous aide à la faire renaître aujourd’hui. Bon mois de Marie !

P. Paco Esplugues